On ne me reprochera pas de ne pas être resté jusqu’au bout, tant j’aime comprendre ce lien ténu qui rapproche l’artiste de son public… J’ai même un peu de mal à évoquer le mot ‘concert’ pour évoquer la presta d’un pilier du rap français samedi soir. Ma quête se poursuit…

« Oui, mais c’est un problème de génération… » Comment ça ? BigFlo & Oli ont largement emporté la mise samedi soir, toutes générations confondues, avec un set généreux, des textes à relire… Des jeunes partagés, voire interrogatifs devant le show de JoeyStarr, y’en avait aussi!

« Non, mais c’est un rappeur punk qui fait dans la provoc’ » On est capable de laisser son cerveau de côté pour se lâcher et faire la fête. La provoc’, on l’apprécie quand elle interpelle, quand elle dénonce, moins quand elle est vulgaire et gratuite.

« Oui, mais tu vois, c’est comme l’art moderne : t’adhères ou pas » Oui, je n’ai pas toutes les clés de lecture à disposition, dans l’art moderne, comme lors du concert de samedi soir. Ça me semble un peu court quand même…

« Alors tu regrettes que Poupet ait programmé JoeyStarr ? » Absolument pas ! C’est même assez drôle de voir se succéder JM Jarre et JoeyStarr. Ça me déroute autant de voir des festivaliers polonais qui font le déplacement à Poupet pour assister pour la 89ème fois au show du précurseur français de l’électro. Comme ça me déroute d’en voir d’autres, happés par l’énergie scénique et brutale d’un rappeur lui aussi précurseur, en mal de t’expliquer ce qu’ils aiment chez ce type… Et ceux-là, samedi soir étaient aux côtés des plus enthousiastes !