INFORMATIONS

Samedi 21 Juillet 2018
THEATRE DE VERDURE

19h00
Prix sur résa. : 39 €
Prix sur place : 43 €

Tarif unique
Payant pour les enfants

JAIN

Avant d'avoir le virus de la musique, Jain avait la bougeotte. Suivant son père qui voyageait beaucoup dans le cadre de son travail, elle a sillonné le monde dans son enfance. Du sud de la France à Abu Dhabi, en passant par Dubaï et le Congo, avant de revenir en France entreprendre des études d'art, Jain a grandi entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient.
Ses ballades intimistes chuchotent à l'oreille de l'auditeur, dessinant les contours d'un univers Lo-Fi, naviguant entre folk, pop, soul, et reggae. Des premières compositions aux
premières maquettes, la musique de Jain fait la synthèse de ces cultures et influences. Elle est bercée par Otis Redding, Nina Simone, John Lee Hooker, les Beatles, Manu Chao, ou encore Alain Bashung. Auteur-compositeur- interprète, Jain puise aussi l'inspiration dans son environnement personnel : elles partent toujours d'un sentiment (la solitude, la colère, le déracinement, l'injustice) et sont porteuses d'espoir et d'affirmation. En dépit de sa jeunesse, il y a quelque chose de très ancien dans sa musique, une vibration venue du blues, de la folk et du reggae, qu’elle allie à des mélodies pop modernes.
A l’aube de sa vie, Jain salue autant Otis Redding, qui mêle les sentiments et l'énergie, que les Anglais de Radiohead qui se sont complètement réinventés. Comme eux, elle espère faire des choses différentes avec le temps. Et continuer à explorer le monde.

LA YEGROS

Il y a cinq ans, les oreilles françaises découvraient La Yegros via son tube, Viene de mi, puis l’album du même nom. Quelques concerts très agités finissaient de convaincre que la nu cumbia, genre électro inspiré de la cumbia colombienne, était promise à un grand avenir en Europe.
Capable de marier les traditions et la musique urbaine, La Yegros n’est pas prophète en son pays : « En Argentine, le monde de la musique est très macho. La société argentine progresse un peu. Les femmes ne sont plus obligées de rester chez elles pendant que les maris sortent. Mais dans la musique, les artistes femmes sont encore mal considérées. C’est un milieu très conservateur, pas du tout progressiste. »
C’est donc avec joie que La Yegros s’épanouit aujourd’hui en Europe où elle a trouvé un public enthousiaste : « Le public compense parfois sa méconnaissance de la cumbia par de l’enthousiasme. Il y a des rythmes vraiment difficiles à danser quand on n’a pas l’habitude alors les gens sautent, bougent, lèvent les bras. C’est très touchant. »

COLOURS IN THE STREET

Révélé en 2013 en tant que lauréat du prix Ricard SA Live Music, et après la sortie de leur premier album "Royaume" en 2015 et plus de 100 concerts à travers la France, les Colours in the Street seront de retour en 2018 !  Après une belle année 2017 avec un passage sur la scène de l'Olympia (avec Puggy) et une très belle tournée d'été en Asie et en France, le groupe s'enferme en studio pendant de nombreux mois pour l'écriture de nouvelles chansons. Le quatuor pop, qui se distingue par sa qualité d'écriture, impressionne en live et ne cesse de s'affirmer comme l'un des groupes pop français les plus prometteurs de sa génération… 
Ces Niortais entament un nouveau cycle en cette année 2018, avec un passage à Poupet qui ne vous laissera pas indifférent !